Naturanda

+34 654 871 750 +34 955 220 543 info@naturanda.com 8h-22h

Le trésor
du Carambolo

Les histoires de trésors perdus, de légendes, de cultures et de civilisations perdues, nourrissent souvent notre imagination et parfois notre avidité. Le trésor de Tartessos est l’un d’entre eux.

Le tartessos était une culture ancienne qui dominait l’Andalousie occidentale, avec une grande stabilité et une grande prospérité dominant le commerce dans la région.

Son origine n’est pas claire, pour certains c’était une tribu indo-européenne qui a émigré dans la péninsule ibérique, pour d’autres c’était les mêmes Turdétans, pour d’autres encore une culture qui a émergé sur les rives du Guadalquivir, et pour d’autres encore une réminiscence d’une grande culture qui aurait pu être celle de l’Atlantide .

Le médaillon trouvé par le professeur Juan de Mata Carriazo, le « Bronze Carriazo », est en relation directe avec l’art tartessien et l’art de la région hindouiste.

Bracelet Tesoro Del Carambolo

Les Tartessiens exploitaient le même Tharsis dans la province de Huelva et étaient des commerçants habiles, ayant des relations avec les Phéniciens qui s’étaient installés dans la péninsule pour le commerce des fourrures, des teintures violettes, des métaux…

Son centre ville a connu une grande prospérité, avec des maisons construites et des systèmes d’assainissement. Mais les Phéniciens ont tenté d’étrangler l’économie tartessienne en réduisant la demande pour les produits avec lesquels ils commerçaient, ce qui entraînerait une dépréciation de leur valeur…
Le roi tartessien, Argantonio, a négocié le traité commercial avec les Phéniciens, les menaçant de les expulser du territoire, mais ils ont refusé… Le vent de la guerre soufflait…

Argantonio établit un plan d’attaque qui consisterait à diviser son armée en deux et à attaquer Gades et Híspalis – respectivement Cadix et Séville -. Il dirigera une armée et l’autre sera commandée par son fils Terion.

Les Phéniciens décidèrent d’attaquer la capitale, la ville de Tartessos. Ils remontèrent le Guadalquivir dans leurs navires et virent que la ville n’était pas gardée, que les armées avaient marché et qu’il n’y avait pas de garde. Ils ont attaqué et mis le feu à la ville…

Il s’agit d’un massacre au cours duquel des personnes âgées, des femmes et des enfants, qui étaient les seuls habitants, ont été tués.

L’armée d’Argantonio aperçoit la lueur des flammes et comprend l’attaque des Phéniciens, la cavalerie tartessienne avance tandis que l’infanterie, à pied, court vers la capitale. Les Phéniciens, bien entraînés et stratégiquement placés, ont rapidement achevé les soldats fatigués…

 

Un mensajero del ejército de Argantonio avisó a Terión al mando del segundo cuerpo… Argantonio había muerto junto con todos los ciudadanos de Tartessos y el ejército del rey, todos muertos…

A sus pies colocó una capa que al desplegarla descubrió las joyas del rey, él era ahora el rey y al colocárselas comenzó a gritar: “¡Venganza! ¡Venganza!” y se encaminaron a Híspalis, la ciudad fenicia.

Al llegar a la zona de Castilleja de la Cuesta ordenó que se acampara allí, desde esta ubicación elevada se divisaba toda la ciudad fenicia, el río y los barcos del ejército invasor.

La costumbre decía que el rey de Tartesos no podía entrar en batalla portando las joyas reales y al no tener ya heredero decidieron ocultarlas en un cántaro de barro que ocultaron en el bosque y al regresar las tomarían de nuevo…

Tras arengar a los soldados tartésicos emprendieron la marcha al fragor de la batalla… Terión murió en ella, pero vencieron e Híspalis cayó al lado de la primitiva cultura. Tras ellos emprendieron la marcha a Gades que también sería conquistada… Lejos de fundar nuevas ciudades repoblaron las conquistadas a los fenicios con los que posteriormente, con sus mujeres, fusionarían las culturas…

Sobrevinieron 300 años de paz, llegaron a la península los comerciantes griegos que encontraron una cultura muy avanzada y que tenían como capital a Híspalis.

El 30 de septiembre de 1956, en Camas, entre esta localidad sevillana y la de Castilleja de la Cuesta, en el Cerro del carambolo, unos obreros encontraron unas ánforas, al romperlo apareció el tesoro escondido por el rey Terión, el Tesoro del carambolo que había aguardado milenios hasta ser hallado.

(© fotos José Luiz Bernardes Ribeiro/Wikipedia) – Video Canal sur Medias)

Partagez cet Article

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Nos visites à Sévillea